Offering Webzine

http://offeringwebzine.com/blog/2013/11/24/zalys-wandering-through-space/

ZALYS is a dark ambient project that wants to take you on a journey. A long, expansive journey through the stars and beyond. And the space aficionado in me is rather stoked to participate. M, leader of this one-man project, is your tour guide through the reaches of infinity, and judging by the album art alone, it would be wise not to stray from his grasp. He knows where he’s going. I’m sure of it.

So let’s put our suits on and take a leap into the void…


“Wandering Through Space” is, apparently, a concept album based on a tale of a man who has watched his planet be destroyed and is lost to the infinite horizons of the universe. Whether or not he travels in a mobile blue Police Box in a pin-striped suit with attractive lady companions is another story altogether… Anyway…as far as the music itself goes, it relies quite a bit on distorted, wayward sound effects blended with the occasional smattering of synthetic chord progressions that prevent it from becoming too CONTROLLED BLEEDING-like (the gods help ANY ambient group who shoot for that “throw iron pots and silverware against a radiator” level of ambience…).


A lot of these sounds have a very science-fictiony twinge to them; flutter effects, pulses, droning and filter sweeps that sound VERY computer-borne versus usage of earthly instrumentation…but from the sounds of things, that’s the point. It’s dark, dramatic, and at times quite creepy, like if NOX ARCANA teamed up with Aubrey Hodges and recorded an album. Some of the effects are kinda “meh” and only go so far while others are super cool and add to the richness of the experience. It’s really all in what you take from it. The atmosphere is shadowy and at a slow pace; the listener is taking a leisurely stroll as galaxies careen back and forth all around them, and said atmosphere is laid on so thick that it requires patience and a pretty keen ear to get into the nitty-gritty of it all.

 

The musical level is rather primitive and simplistic, with the occasional note and/or note group droning on for a few to several seconds before blending into a dark harmony or a second coating of sound effects, all of which is produced cleanly and without any overt sense of ugly overdrive (where it counts, anyway…). No vocals…this is all meant for you to envision the story in your head as you go along through the album. So you may ask, is this something that I would call required listening? And in all honesty, I have to say it’s hard to tell. M certainly seems to have a grand vision ahead of him, as well as the capacity to create haunting musical meanderings that definitely SOUND extra-terrestrial, but the main issue with ambient music, or really electronic music as a whole, is that it requires a certain level of acceptance, appreciation, or patience to really enjoy. Otherwise it runs the risk of coming off as just synthesized noise. Though for my money, I can see where this guy is coming from and can accept it as it is. I just can’t say the same for everyone else, though.

 

So in the end, “Wandering Through Space” truly is what it is, and those who like dark ambient should definitely seek this out. Those who aren’t may not understand the grand scope of the work, and truly, that’s their loss.

 


Metalwave

 http://www.metalwave.it/viewrece.php?id=5170

 

Zalys è il progetto del misterioso musicista francese M. il quale, dopo uno split album con Saturn Form Essence (“Sagittarius B2”), pubblica un LP nel quale ancora una volta esplora lo Spazio –musicalmente parlando- e ci dimostra di essere un fiero appassionato del genere Ambient, in questo caso tinto di oscurità dall’inizio alla fine del platter e visto che la tematica riguarda ciò che si trova fuori dal nostro pianeta un bell’appellativo di “space ambient” non glielo toglie nessuno.


I toni bui e malinconici che pervadono i pezzi di questo ‘Wandering Through Space’ sono tangibili dall’inizio alla fine, motivo per cui non posso che consigliare l’ascolto di tutto ciò ai veri amanti di sonorità simili e non proprio ad un pubblico dalle orecchie non particolarmente allenate: trovereste solo noia e un’ora persa dato che per tutto questo periodo di tempo non sentirete altro che lugubri ma eterei pad diluiti e processati con effetti qua e là.


Certo, di dischi così ne ho ascoltati di migliori per quanto riguarda almeno la scelta di suoni e singoli tappeti melodici e armonici, ecco perché in fondo un po’ di noia l’ho provata anche io ma bocciare un lavoro simile significherebbe vanificare il gran lavoro che c’è stato dietro e non è questa la mia intenzione.


Ci troviamo di fronte ad un disco molto particolare, non complesso ma di difficile digestione, nel quale un uomo sta viaggiando in un’astronave guardando in lontananza la distruzione del proprio pianeta. Fate i vostri conti.

 


JorZine

 http://jorzine.com/page.php?menu5&P=viewReviews.php&id=335

 

I am always fascinated by the background music of the science fiction movies, this music can easily pull your reality down and replace it with a new imaginative world of mysterious technology and spacial atmosphere, and I am really glad to discover Zalys, the project that provides such ambient/electronic environment. Some topics like high technology and parallel universes and aliens are the main ideas that can cross your mind while listening to such creepy music, because the compositions here are not as important as the production and the atmosphere, giving the album "Wandering through space" a single listen made me lost in thoughts, its like I've been left alone in space where everything is strange and mysterious.  


As the laws of nature cant apply on space, the laws of music also cant apply on such music, because such music full of humanoid robots and teleportation machines don't have any rules to limit its structure. I've started my journey of this album with the track "The Singularity", it starts in a creepy way and it feels like you're surrounded by hi-tech machines in the depth of space, these eight minutes of time travel atmosphere can really fit any science fiction movie in the world. The track "Shipwreck" is a life soundtrack for a spaceship which travels to other galaxies, sudden sounds come and go like a wavy ocean of sound will drown your ears while listening to this 10 minutes piece. "Neptune" is a short track that has the same strange atmosphere, but this time the atmosphere lays under the surface of a spacial ocean, andyou can clearly hear the bubbles of water around your ears, like you're drowning deeper and deeper every second.


The track "Into the Stellar Void" has an electronic spirit, but some melodic keys appear within the moments of the track, making the space drenched with UFOs and melodies, and this is one of my favorite tracks in this record. The track "Song of a dying planet" is a hell of a track and I'll tell you why, I love to read about undefined flying objects and subjects about extraterrestrial lives, and most of the time I don't have the mood to read such subjects, so this track was a perfect piece of music\sound for me, it sets the mood perfectly to make any reader in the world interested in such mysterious topics.  


M. , the humanoid alien girl behind this imaginative music, has managed to create this record for all those who're interested in the science fiction movies, and for the listeners who adore such frightening type of soundtracks and musical themes. In my opinion, these tracks must be used in the TV programs and the movies that have a spacial or a science fictional themes, I'll be waiting for more materials for this project.

 


Le bois du chaperong rouge (on Metal-Blogs)

 http://metal-blogs.com/alonewithl/2013/07/15/zalys-wandering-through-space/

 

L’espace, l’espace au-dessus de nous, celui au milieu duquel on est rien, on ne se sent rien. L’espace nous effraie, et on a cependant conscience de tous les espoirs qu’il renferme. Celui de la survie à long terme de notre espèce par exemple. Notre imagination se met à créer des voyages illustres, des découvertes fascinantes ébranlant à jamais la science et tout questionnement que nous avons de l’être humain. L’espace est à conquérir, et depuis des décennies personne n’ose plus franchir le pas. Il n’y aurait plus que les visions offertes par le cinéma et la musique. L’ancien môme se souviendra très bien des musiques spatiales d’Ulysse 31 produites par Denny Crockett et Ike Egan. Le plus vieux se remettra certaines compositions très expérimentales de la formation « Hawkwind », dont les missions intersidérales n’avaient aucun secret. « Zalys » va plus en profondeur. C’est un astéroïde en provenance de nulle part. Un bout de rocher n’ayant, à priori aucune origine formelle, parcourant les galaxies. L’objet parait à simple vue insignifiant, mais suivre sa course en vaut la peine. « Wandering through Space » et l’espace se découvrira à vous.

 

Passé la stratosphère, c’est la peur du vide. La vision d’une vaste zone signifiant « nulle part ». « Song of a Dying Planet » reproduit cette impression inconfortable de se sentir perdu au milieu de rien. Des grésillements nous indiquent une existence, mais une existence sans âme. Ses sons sont dans le plus froid automatisme, dans la solitude vouée à l’éternité. Il n’ira pas jusque-là. L’appareil en question n’est pas à l’épreuve du temps. Nos sens arriveront à percevoir d’autres signes. Ceux familiers à un environnement minéral et quelques champs lumineux imposants. Toutefois, ne croyez pas qu’ils iraient vous accorder une quelconque hospitalité. Vous êtes perdus à jamais dans la pénombre la plus totale. Vous voilà condamnés à l’errance sur le funèbre « The Singularity ». Le titre perpétue les abimes du cosmos, tout comme le morceau éponyme. Celui-ci étend notre capacité de découverte. Nous retiendrons un balayage sonore, une sorte de détection qui se met en place. Nos capteurs sont en éveil et perçoivent des airs cristallins, aériens, d’abord merveilleux, puis peut-être un peu trop persistants. La reprise de l’instrumental « Formatting… » du groupe américain « A Dark Halo » s’illustre également comme une reproduction fidèle de l’infini espace. Le titre allie des sentiments différents, l’inquiétude et l’apaisement, si on en croit notamment ces douces notes au piano, suivies d’autres plus modernes en toile de fond. Contraste, affolement et ivresse des profondeurs.

 

L’imposant « Wasteland » nous attire dans son champ d’attraction. Nous devenons un satellite terrifié de cette énorme masse gazeuse, agressé par des sons agressifs et cacophoniques. Tout s’affole en seconde partie de piste par un brouillage des plus frénétiques. La détection de la vie dans ce lieu de mort ? Sans doute aura-t-on capté l’existence du cimetière pour robots « To the Core ». Amas de ferrailles et de circuits, fourmillant de signaux. Là, des êtres périssables agonisent et émettent ce que pour les êtres humains on appellerait des râles. Croire obstinément à la vie peut vous mener au plus sombre désespoir. Après avoir été rapidement ébloui en traversant la profusion de lumière issue d’ « Into the Stellar Void », titre étincelant de mille feux, nous faisons la découverte d’un monde liquide sur « Neptune ». Nous entendons écouler doucement cette eau, cette source de vie. L’atmosphère environnante nous oppose sa grandeur et sa grâce comme pour mieux servir le trésor caché qu’elle renferme. L’épisode est cependant écourté. Nous aurions voulu entrer dans ce temple et vérifier la présence de ce que l’on recherchait. Au lieu de cela on nous renvoie à une prison, à l’univers de pierres et de glace de « Shipwreck », passage obligé qui nous retiendra et qui nous marquera le plus lors de cette exploration. Dans nos divagations liées à notre détention, nous croyons même écouter les cloches et les orgues en provenance des ténèbres. Serait-ce ici le tombeau des voyageurs ?

 

Il faut parfois se contenter de l’expérimentation et du minimalisme. Première fusée envoyée dans le ciel, premier jet d’une scientifique qui veut mettre à l’épreuve ses études, cet album est une porte ouverte sur un puits sans fond. Comme tout vivant, nous aurons l’hésitation de sauter. Que nous attend-il ? Une autre existence ? La mort ? Les deux à la fois ? Autrefois, on disait qu’au bout de la Terre c’était le vide. Des personnes sont allées vérifier, battre en brèche les idées reçues, et ont gagné un droit à la postérité. Remettre en doute les premières impressions peut vous mener à des sommets. Sauter pour mieux monter, ce n’est pourtant pas quelque chose d’évident. Croyez en l’improbable.

 


Spirit of Metal Webzine

http://www.spirit-of-metal.com/album-groupe-Zalys-nom_album-Wandering_Through_Space-l-fr.html

 

La musique est une forme d’art tout à fait particulière. Elle force l’imagination à créer des images, des lieux, des univers. Elle le fait en suscitant des émotions. Elle le fait en nous faisant réagir de façon cognitive à ce que nous entendons ou ce que nous écoutons. Dans les autres formes d’art, par exemple dans la littérature ou le dessin, l’imagination a aussi une grande place, mais elle est dirigée vers un endroit ou un autre par la force de la description. La musique nous prend moins par la main, elle nous laisse flotter dans notre propre monde, que nous créons à notre guise et dans notre for intérieur. C’est probablement (hypothèse personnelle) parce que l’humain est une créature utilisant le sens de la vue avant tout. Donc, lorsque celui-ci n’est pas suffisamment stimulé, l’imagination superpose toutes sortes d’images à la réalité en se basant sur la centralisation des indices envoyés par les autres sens. Voilà, ce qu’est la musique et voilà son but. Envoyer nos têtes ailleurs, par l’oreille, et la force de la pensée.

 

 Le dark ambiant est une forme de musique qui pousse cette théorie très loin, en ce sens où l’image (imaginée) est tout à fait au cœur de la musique. Dark ambiant est synonyme de rêverie. C’est une musique totalement inspirante et stimulante, pour ceux et celles qui s’y abandonne. Bien entendu, écouter du brutal death peut aussi être très inspirant et stimulant, puisque c’est de la musique. C’est exactement la même chose pour tous les styles. Ce qui distingue l’ambiant (ici, sous sa forme dark ou drone pour les besoins de la cause) des autres, c’est la capacité à générer des images, mais pas forcément par une « imagerie » forte, dans le sens de violente ou forcée. L’ambiant est une musique qui peut être puissante, certes, mais qui doit surtout être subtile pour laisser le plus de place possible à l’auditeur.

 

Les bons créateurs de dark ambiant sont donc ceux, qui peuvent stimuler le plus notre imagination. Ce sont ceux qui ont la capacité de nous amener ailleurs, de nous arracher du réel par leur musique, le plus efficacement possible.

 

Ce qui nous amène à Zalys.

 

D’abord avec nos yeux, regardons ce disque. L’espace, l’immensité. Le vide. C’est sans doute là, dans l’infiniment grand que Zalys va nous faire voyager, où à tout de moins c’est manifestement son intention. Le titre de chacune des pistes est aussi révélateur. Nous irons aux confins du Nul-Part. Pas musicalement, entendons-nous, parce que Wandering Through Space est une œuvre de qualité, mais bien dans la rêverie qui s’annonce pour la prochaine heure.

 

Le voyage débute avec « Song of a Dying Planet », et il n'y aura pratiquement aucun répit dans l'angoisse que nous allons ressentir, jusqu'au titre éponyme. En effet, l'une des grandes caractéristiques de ce disque est ce que l'on pourrait appeler la continuité dans la singularité. Chaque piste a sa place, possède sa propre âme, et nous n'avons pas le sentiment de répétition ou de manque d'inspiration d'un morceau à l'autre. Chaque piste est une étape vers la suivante. L'impression qu'il y a une certaine réflexion derrière la disposition même des titres est bien présente, c'est une œuvre qui s'écoute donc en entier, d'un trait. Il ne s'agit pas d'une liste de pistes lancée au hasard, il y a un calcul intrinsèque à la composition d'une œuvre d'ambiant, et Zalys l'a fait. C'est un voyage sans joie ni espoir joie et la musique va bien nous le démontrer.

 

Dans l'ensemble, Zalys nous offre une musique simple, mais dense. La complexité n'y est pas (et de toute façon, la complexité n'est pas une qualité en soi en musique), mais il n'y a pas de vide ou de temps mort. Les nappes atmosphériques sont toujours bien présentes. Par contre il aurait été intéressant, dans certaines chansons, d'y laisser seulement ces nappes et d'éviter d'y ajouter des éléments sonores en premier plan. En d'autres mots, la pertinence de certains sons ou effets n'est pas évidente. Dans « The Singularity » par exemple, les nappes atmosphériques sont superbes et elles auraient eu beaucoup plus d'impact si elles avaient simplement monopolisé la piste. Mais il y a une sorte de son redondant et agaçant qui revient et nous sort de notre rêverie. Dans « To the Core », sans doute la piste la plus faible du disque, les nappes atmosphériques sont bonnes sans plus, mais il semble que les éléments qui viennent s'y greffer sont sortis d'un film de science-fiction des années 60. Comme l'ambiant est une musique qui demande une concentration particulière pour l'écoute, ce genre de détail est plutôt apparent, mais fort heureusement, même si le choix ou même la présence de certaines mélodies, sons ou effets est discutable, il n’en demeure pas moins que nous n'avons jamais l'impression de tentatives de remplissage facile de la part de l'artiste. Un piège majeur a donc été évité.

 

Cependant, sur la grande majorité des morceaux, Zalys réussit avec brio l'exact inverse. « Into the Stellar Void » (un titre énorme) ou chaque chose est exactement là où il le faut, dans une grande cohérence musicale. « Neptune », avec ses sonorités d'abysses sous-marins, probablement la plus atmosphérique du lot, pousse l'angoisse à un autre niveau, ses nappes écrasantes, ininterrompues par quoi que ce soit. La très dramatique « Shipwreck » en est aussi un exemple : les nappes sont bien grosses, et tous les éléments s'intègrent pour contribuer à la dérive dans le Nul-Part. Le titre éponyme met fin à une aventure sans issue, moins dramatique que « Shipwreck », mais plus noir, plus pessimiste. Il n'y a aucun espoir dans l'infini, aucune sortie possible. Le voyage se termine, mais ne se termine pas. La dérive est pour toujours, à jamais.

 

Durant cette perdition, il y a des endroits visités qui sont magnifiques musicalement parlant; « Into the Stellar Void », « Neptune » ou « Shipwreck » et d'autres un peu plus plats, tels que « Wasteland » (le titre nous indique que c'est sans doute voulu ainsi), ou « To the Core ». Mais au risque de me répéter, c'est là une grande force de l'œuvre : chaque titre est utile. La construction de l'univers de Zalys se fait à travers une écoute globale. Nous avons ici affaire à un ensemble, et non pas à un tas hétérogène. Il y a certes des moments moins intenses, mais le but ici n'est pas d’entraîner l'auditeur dans une montagne russe. Ce n'est pas le but de ce style de musique.

 

L'autre grande force du premier opus de Zalys se trouve dans le respect de l'auditeur, ou plutôt de son imagination. En effet, « À mesure que l’on lève les voiles de l’inconnu, on dépeuple l’imagination des hommes », nous a un jour appris Guy de Maupassant. Si la musique de Zalys nous tend un peu la main (un peu) et nous donne quelques indices sur un univers particulier, l’artiste nous laisse tout de même imaginer le décor pour la plus grande partie du voyage. Nous pouvons errer dans cette Espace, grand mais écrasant, sans que toutes les clefs et les réponses ne nous soient données. Une grande partie de l’œuvre de Zalys repose sur l’auditeur (normal, c’est de l’ambiant), et les voiles de l’inconnu restent, pour la plupart, bien en place. On veut nous amener dans l’Espace, mais l’Espace est suffisamment grand pour que chacun s’y perde à sa façon. En d'autres mots, c'est une musique extrêmement inspirante.

 

Un petit mot sur la dernière piste, qui est plutôt particulière. La reprise du titre de A Dark Halo, « Formatting... » est un bon titre sans plus, et est dispensable pour le voyage. Comme c'est une piste bonus, nous pouvons penser que même Zalys y a vu l'impertinence de l'insérer parmi les autres, tout en ayant le désir de nous en faire profiter. Par contre, les éléments centraux de la piste originale, c'est-à-dire la mélodie au piano et la très courte durée – un peu comme si A Dark Halo voulait nous faire vivre une grande émotion, mais spontanée et passagère, ont presque été complètement évacués. En effet, la reprise de Zalys fait plus de 9 minutes, alors que l'original fait moins d'une minute et demie, et le piano n'y est pas du tout mis à l'avant. La chanson originale est donc très dénaturée.

 

 

 Voilà donc pour le premier effort de Zalys. Nous avons voyagé. Nous avons imaginé. Nous nous sommes perdus dans le vide, et l'Espace infiniment grand nous a écrasé. Dans le cosmos, le Nul-Part, nous n'avons aucun pouvoir. Il n'y aucune issu, aucune route de retour. La dérive est pour toujours et a jamais. Verdict : réussite.